Rapport du Secrétaire Général Académique, le 31 Juillet 2018-2019

Rapport du Secrétaire Général Académique, le 31 Juillet 2018-2019

  • Honorables Sénateurs et Députés ;
  • Excellence Monsieur le Ministre de l’Enseignement Supérieur et Universitaire,.
  • Monsieur le Bourgmestre de la Commune de Lemba ;
  • Monseigneur le Président du Conseil d’Administration des Universités ;
  • Madame et Monsieur les Membres du Comité de Gestion ;
  • Madame et Messieurs les Doyens des Facultés,
  • Mesdames et Messieurs les Professeurs et Chers Collègues,

Mesdames, Mesdemoiselles et Messieurs les Membres du Corps Scientifique ; Mesdames, Mesdemoiselles et Messieurs les Membres du Corps Administratif, Technique et Ouvrier ; Distingués Invités, à vos titres et qualités respectifs, Camarades Etudiantes et Etudiants, Chers Lauréates et Lauréats.

L’Université de Kinshasa, par ma modeste personne vous souhaite la bienvenue à cette double cérémonie de clôture de l’année 2018-2019et de collation des grades académiques !

Mesdames et Messieurs, Distingués invités, permettez-moi, avant de vous brosser les grandes lignes du rapport académique, de m’acquitter de mon obligation légitime, celle de remercier les différentes autorités qui se sont impliquées pour qu’en ce jour nous nous retrouvions pour cette solennité.

J’exprime mes hommages les plus déférents à Son Excellence Monsieur le Président de la République, Chef de l’Etat, pour sa vision de la jeunesse congolaise qu’il imprime déjà à ses actions et qui ne tardera certainement pas à porter de bons fruits.

Ma profonde gratitude s’adresse à Son Excellence Marcel Ilunga Leu, Ministre de l’Enseignement Supérieur et Universitaire, pour sa présence parmi nous et surtout pour l’attention particulière dont l’Université de Kinshasa bénéfice de lui, à chaque fois que ses problèmes lui sont adressés.

Que Son Excellence Monsieur le Ministre de l’ESU accepte de transmettre à Son Excellence Monsieur le Premier Ministre, Chef du Gouvernement, nos vifs remerciements pour les efforts inlassables qu’il ne cesse de déployer en faveur de notre Communauté universitaire.

Je saisis cette occasion pour présenter les vifs remerciements et félicitations du Comité de Gestion à tous les enseignants, pour leur attachement à notre Alma mater, leur dévouement et leur abnégation pour la formation de tous ces diplômés que nous mettons encore aujourd’hui sur le marché de l’emploi. A travers eux nous réitérons nos remerciements aux Doyens, Vice-Doyens, Secrétaires académiques des Facultés, Chefs de Départements, Secrétaires des Départements ainsi qu’à tout le corps administratif, technique et ouvrier de notre Alma Mater.

Je profite de cette tribune qui m’est offerte en ce moment pour saluer les sacrifices louables consentis par les parents en vue d’accorder une bonne scolarité à leurs enfants, nos lauréats du jour.

Mesdames, mesdemoiselles et messieurs ;

Distingués invités ;

En ma qualité de Secrétaire Général Académique, permettez-moi maintenant de vous rendre compte, publiquement et officiellement, des résultats de la mission que le Gouvernement de la République et la Nation Congolaise m’ont confiée, au cours de cette année académique 2018-2019.

I. DES REALISATIONS

I.1. Du respect du calendrier académique 

Le démarrage des cours cette année académique a eu lieu normalement. En effet, c’est le lundi 15 octobre 2018 que notre Alma mater a ouvert ses portes, conformément à l’Instruction académique 020. Cependant, compte tenu de la conjoncture politique et sociale qui a prévalu au pays fin 2018 et début 2019, des interruptions dans l’exécution dudit calendrier ont été observées. Grâce aux efforts conjugués de votre Comité de Gestion, des doyens des facultés, des enseignants, bref de l’ensemble de la communauté universitaire, le calendrier académique a été relativement bien respecté à l’Université de Kinshasa. Quatre facultés accusent un grand retard, c’est la faculté polytechnique et la faculté des sciences. Deux autres avancent lentement à cause de la gestion des salles des cours ; il s’agit des facultés de médecine vétérinaire et Pétrole gaz et énergies renouvelables.

I.2. De l’exécution des programmes d’enseignement

Mesdames, Mesdemoiselles et Messieurs, Distingués invités,

Au cours de l’année académique 2018-2019 l’Université de Kinshasa a organisé les enseignements et la recherche dans 12 Facultés, 71 départements et plusieurs laboratoires et centres de recherche, tels que repris dans les prospectus vous distribués tout à l’heure.

Actuellement, l’Université de Kinshasa  recourt de moins en moins au service des professeurs qui interviennent, à titre de professeurs visiteurs, à temps partiel ou à mi-temps. Ce qui montre que l’Université de Kinshasa s’acquitte bien de ses missions qui transité par la formation de la relève académique.

I.3. Statistiques des résultats des épreuves des finalistes de l’année académique 2018-2019

Les statistiques des rapports reçus des facultés présentent les résultats suivants. Au total, nous allons bientôt décerner des diplômes à 1.511 lauréats du premier, du deuxième et du troisième cycles, sans oublier les nombreux docteurs à thèses formés à l’étranger avec la contribution et la collaboration de l’Université de Kinshasa.

·         70lauréats pour la Faculté de Droit (dont 5 Docteurs, 9 DES, 9 Masters Professionnels en Droit de l’homme et en Droit international Humanitaire et 47licenciés) ;

·         12 lauréats pour la Faculté des sciences économiques et de gestion (dont 2 Docteurs en Sciences de Gestion, 4 Diplômés d’Etude approfondie et 6 Diplômés d’Etudes supérieures spécialisées en Gestion de la Politique Economique) ;

·         53 lauréats pour la Faculté des lettres et sciences humaines (dont 5 Docteurs, 11 Diplômés d’Etude Supérieur et d’Etude Approfondie et 37 licenciés) ;

·         89 lauréats pour la Faculté des Sciences Sociales Administratives et Politiques (dont 8Docteurs, 16 Diplômés d’Etudes Supérieurs et 65 licenciés) ;

·         157 lauréats pour la Faculté de Pétrole et Gaz, tous ingénieurs ;

·         50 lauréats pour la Faculté des sciences agronomiques (dont 1 Diplômé d’études supérieures, 28 ingénieurs et 16 licenciés) ;

·         2 lauréats pour la Faculté de Médecine Vétérinaire, tous docteurs ;

·         71 lauréats pour la Faculté Polytechnique, tous ingénieurs ;

·         33lauréats pour la Faculté de Psychologie et des sciences de l’éducation (dont 2 Docteurs, 13 Diplômés d’Etudes Supérieures, 06 licenciés, 12agrégés du niveau supérieur) ;

·         52 lauréats pour la Faculté des Sciences  Pharmaceutiques, tous pharmaciens ;

·         529 lauréats pour la Faculté des Sciences (dont 8 docteurs, 3Diplômés d’études supérieures et 516 licenciés) ;

·         393 lauréats pour la Faculté de médecine (dont 8 Agrégés de l’enseignement supérieur en Médecine, 14 spécialistes, 18 masters d’écologie des maladies infectieuses aléas naturels et gestion des risques, 326 Docteurs et 23 licenciés en Médecine physique et réadaptation).

I.4. Des Diplômes et autres documents Académiques rédigés

Cette année académique 2018-2019, l’Université de Kinshasa a enregistré 1.085 demandes des diplômes, en a rédigé 1.438 et fait entériner 1.813.

Elle a par ailleurs vérifié pour 12 pays 98 titres académiques leur présentés par nos anciens étudiants.

I.5. De la recherche scientifique

Je suis fier de porter à votre connaissance que l’Université de Kinshasa s’est inscrite durablement dans l’optique de sa visibilité par sa présence sur la scène scientifique internationale à travers la participation de ses éminents chercheurs aux colloques, ateliers scientifiques et conférences aux niveaux national et international. Les résultats de leurs travaux sont régulièrement publiés dans les revues tant nationales qu’internationales. ²

Au cours de cette année académique, l’Université de Kinshasa a organisé de grandes conférences universitaires, des ateliers,  des forums de recherche  sur divers thèmes,  la publication des ouvrages scientifiques, des Annales facultaires et de nombreux articles dans des revues scientifiques nationales et internationales.

Sur le plan interne, l’Université de Kinshasa a réalisé, organisé et/ou participé aux activités ci-après épinglées :
La Faculté de Droit : Plusieurs publications, 3 journées scientifiques, 4 conférence-Débats ; 5 journées du mensuel des droits de l’homme, plusieurs communications au sein du Centre de Recherche Interdisciplinaire pour la promotion et la protection des Droits de l’Homme en Afrique Centrale (CRIDHAC) et du Centre de Criminologie et de Pathologie Sociale (CCPS);
Faculté des Lettres et Sciences Humaines :3 séminaires ;
Faculté des Sciences Sociales Administratives et Politiques : 11 conférences Débats dont 1 organisée par la délégation facultaire, 1 journée d’orientation des étudiants et 5 vernissages d’ouvrages ;
Faculté des Sciences Economiques et de Gestion : 7 conférences-Débats,  1 atelier international ;
Faculté des Sciences Agronomiques : 4 conférences-débats, 5 ateliers et 1 publication en ligne
Faculté de Médecine : 1 journée scientifique : les 60 ans de la faculté, 5 congrès
Faculté de Médecine Vétérinaire : 4conférences-débats
Faculté des Sciences Pharmaceutique : 2 journées scientifiques, 1 atelier scientifique, 3 congrès.

En outre, nos Enseignants et Chercheurs ont participé à différents jurys des mémoires et des thèses de doctorat dans les Universités tant nationales qu’étrangères.

Voici ce qu’a été l’impressionnant déploiement de nos Enseignants et Chercheurs en dehors de notre Institution :

59 missions d’enseignements ;
22 missions pour participation aux séminaires, colloques, ateliers, symposiums
40 missions pour participation aux conférences, réunions, congrès, assemblées
42 missions de formation et stages
44 missions de recherche

Ces missions ont eu pour destinations :

116 missions en Afrique
31 missions en Amérique
30 missions en Asie
152 missions en Europe
68 missions en RDC

Avant de passer aux effectifs, il sied de noter qu’au cours de l’année académique 2018-2019, dans le secteur de la recherche, l’Université de Kinshasa a fonctionné avec 42 Centres de recherche répartis par Faculté comme suit :

1. La faculté de droit : 3 centres

2. La faculté des lettres et sciences humaines : 8 centres

3.  La faculté des sciences économiques et de gestion : 3 centres

4. La faculté des sciences sociales administratives et politiques : 7 centres

5. La faculté des psychologies et sciences de l’éducation : 3 centres

6 La faculté des sciences : 1 centre

7.  La faculté polytechnique : 2 centres

8.  La faculté des sciences agronomiques : 2 centres

9.  La faculté de médecine vétérinaire : 1 centre

10. La faculté des sciences pharmaceutiques : 2 centres

11.  La faculté de médecine : 10 centres

12.  La faculté  de pétrole, gaz et énergies nouvelles: 1, en gestation.

Quant aux laboratoires, l’Université de Kinshasa est dotée de nombreux  laboratoires modernes dont certains sont bien équipés dans la plupart des facultés. A titre illustratif, nous avons :

1. La Faculté des Sciences : 22 laboratoires

2. La Faculté Polytechnique : 19 laboratoires

3. La Faculté de Médecine : 7 laboratoires

4. La faculté des Sciences pharmaceutiques : 12 laboratoires

5. Faculté des Sciences sociales, administratives et politiques : 3 laboratoires.

Aux bibliothèques traditionnelles structurées en bibliothèques facultaires chapotées par la bibliothèque centrale, l’une des meilleures bibliothèques du pays, j’ai le réel plaisir de vous informer qu’il s’est ajouté une bibliothèque virtuelle au mois de juillet dernier, inaugurée à la faculté de médecine que j’invite les chercheurs à visiter. Notez qu’en dehors de ce groupe des bibliothèques, certains centres disposent d’un fonds documentaire important qu’ils mettent à la disposition des chercheurs.

C’est ici pour nous l’occasion de saluer l’effort que déploient les Musées universitaires pour leur redynamisation t surtout pour la collaboration qu’ils offrent pour le développement de la recherche scientifique au sein de notre Alma Mater.

Je rends un vibrant hommage à tous les collègues qui, par des publications de qualité et des manifestations scientifiques diverses, ont œuvré pour la visibilité positive et le rayonnement de notre Université à travers les quatre coins du monde. Je pense aussi à nos étudiants qui ont brillamment défendu les couleurs de l’Université de Kinshasa dans plusieurs compétitions à l’international.

I.6. De la maitrise des effectifs du personnel académique et scientifique

1. Du personnel actif

La recherche et l’enseignement au cours de l’année 2018-2019 ont été  assurés par une population d’enseignants et chercheurs dont la structure se présente comme suit :

–      74     Professeurs Emérites dont 04 femmes

–      273   Professeurs ordinaires dont 07 femmes

–      256   Professeurs dont 14 femmes

–      428   Professeurs Associés dont 42 femmes

–      853     Chef de Travaux dont 141 femmes

–      36     Assistants de deuxième mandat dont 6 femmes

–      715 Assistants de premier mandat dont 65 femmes

Au total, l’Université de Kinshasa a recouru au service de  1031 Professeurs, dont 67 femmes,  et 1604 membres du personnel scientifique, dont 212 femmes. Parmi eux, 65 membres (26 CT et 39 ASS) de notre personnel académique et scientifique sont en formation à l’étranger, les uns pour des recherches doctorales, les autres pour des stages de perfectionnement.

Notons que, de cet effectif, 279 ont été nommés ou promus à la suite d’une série de trois arrêtés de son excellence M. le Ministre de l’Enseignement Supérieur et Universitaire.

Nous sommes aussi heureux de vous informer que, grâce à l’autorisation de son Excellence STEVE MBIKAYI MABULUKI, l’Université de Kinshasa a recruté, au cours de cette année académique 432 membres du personnel scientifique sur 916 postes sollicités au terme d’un état de besoin lui adressé. Nous le remercions vivement pour l’autorisation nous accordée. Ce recrutement devra continuer après le rapport d’évaluation que nous attendons des Doyens sur les cas de désertion et d’indisponibilité.

Du personnel décédé

L’année académique 2018-2019 a été plus douloureuse pour notre Institution. En effet, l’Université de Kinshasa a payé un lourd tribut avec la disparition de26membres du Personnel académique et scientifique contre 12 l’année académique passée. Le rapport est donc passé du simple au plus du double.

Il s’agit pour mémoire de :

Pour le Personnel académique : 15décès

–      Les Professeurs        LODI SHUWEMBO LOMEMA, KAPUKU NGANDU Omer et  NGUB’USIM MPEYI NKA de la faculté de Psychologie et des sciences de l’Education ;

–      Le Professeur  NGONDO a PITSHANDENGE, de la faculté des Sciences économiques et de gestion ;

–      Les Professeurs        SAYINZONGA AIMABLE, MVUEMBA NTANDA et Pierre LECOUTURIER de la faculté des Sciences ;

–      Les Professeurs        NDOMA UNGINA et GAMBEMBO FUMU wa UTADI de la Faculté des Lettres et Sciences Humaines ;

–      Les Professeurs        SENGA KITUMBE et MUE KANGAMA de la Faculté des Sciences Pharmaceutiques ;

–      Les Professeurs        MASHAKO MAMBA, BIELELI EBANZ OSONGO, NKIDIAKA DIMBU et KASHALA TUMBA de la Faculté de Médecine ;

–      Le Professeur  KADIATA  BARACH de la Faculté des Sciences agronomiques ;

–      Le Conservateur Principal MUKANIA BULEMBWE.

Pour le Personnel scientifique : 11 décès

–      Les Chefs de travaux KASONGO LONGANGE, MUNGINDA YONG, TATI KINKELA et WETSHINDJADI YENYI YONTO de la faculté des Sciences ;

–      Les Chefs de travauxMUZEKE, KAZUMBA MBIYAVANGA, ATHOMBO SUNA et NONGA BOLENKETA  de la faculté de Médecine;

–      L’Attaché de recherche ESOLE BONKOY MABE Jean Bernard, de la FSSAP

–      L’ Assistant MUKONKOLE KANKIENZA de la Faculté de Droit, récemment nommé ;

–      Le Bibliothécaire de 1ère classe MUTOMBO DIBWE, de la Bibliothèque centrale.

Nous gardons aussi une pensée pieuse à l’endroit des 34 membres du personnel administratif, technique et ouvrier qui nous ont quittés, ainsi que nos regrettés camarades étudiants.

Tout en recommandant à vos ferventes prières les illustres disparus, en leur mémoire, je vous prie de bien vouloir vous tenir débout et garder une minute de silence!

Merci !

I.7. De la maitrise des effectifs des étudiants 

Au cours de cette année académique 2018-2019, sur 11.771 candidats admis à l’inscription pour les classes de recrutement, seuls 10.421 ont régularisé leur inscription ; plus de 1655 candidats enregistrés pour l’inscription spéciale dont 1481 ont reçu les avis favorables et 174 ont reçu les avis défavorables.

L’Université de Kinshasa en tout a assuré la formation à 29.774étudiants, selon le rapport nous fourni par la Cellule technico-administrative de gestion des frais d’études du Conseil des Partenaires (CTA-GFE) au 27août 2018dont 1.574 n’ont payé que la première tranche de leurs frais d’études. En voici la ventilation par faculté.

Faculté Total
1. Droit 6 824
2. Lettres et sciences humaines 3 084
3. Sciences économiques et de gestion 3 974
4. Sciences sociales administratives et politiques 2 652
5. Psychologie et sciences de l’éducation 1 975
6. Sciences 4674
7. Pétrole, gaz et énergies nouvelles 1 343
8. Polytechnique 617
9. Sciences agronomiques 1 033
10. Médecine vétérinaire 168
11. Sciences pharmaceutiques 614
12. Médecine 2 816

Cette année académique, nous avons mis en place la possibilité d’inscription en ligne. Il s’agit pour les candidats qui le désirent de remplir et d’imprimer depuis leurs portables les formulaires de demande d’inscription, de payer les frais dus et de se présenter aux Cliniques universitaires pour l’examen d’aptitude physique et à l’Apparitorat central rien que pour le dépôt du dossier constitué.

J’en profite pour annoncer aux parents que les opérations d’inscription de nouveaux candidats ont bel et bien commencé depuis le lundi 16 juillet 2018 et tend à sa fin à la mi-septembre. Les listes des candidats admissibles pour l’année académique 2018-2019 seront publiées sur le site suivant : www.sgac-unikin.com

II. CONTRAINTES

Mesdames, Mesdemoiselles, Messieurs, Distingués invités, en vos qualités et titres respectifs,

Au cours de l’année académique 2016-2017, tout n’a pas été que rose. Beaucoup d’écueils ont gangrené le fonctionnement du Secteur académique, avec des répercussions sur l’ensemble de l’Institution. L’Université de Kinshasa  a été confrontée aux difficultés de tous ordres dont :

–      Les mouvements sociaux : l’année académique 2018-2019 a été parsemée de nombreux mouvements estudiantins et par la grève des professeurs et assistants qui ont contraint à plusieurs arrêts des activités pendant de longues périodes. J’invite à ce sujet les politiciens de tous bords à s’abstenir de toute récupération et de toute instrumentalisation des mouvements estudiantins. Des poursuites judiciaires seront désormais engagées contre les différents fauteurs de troubles.

J’en profite pour lancer un appel aux parents : « Chers parents, nous vous remercions de nous avoir confié vos enfants pour la formation. Ce que nous avons fait de bon cœur. Mais nous vous demandons, pour leurs cadets que vous nous confierez demain, c’est de les conscientiser pour qu’ils s’adonnent exclusivement à leurs études et non se laisser entrainés par des manipulateurs de tous bords. Leur avenir est entre leurs propres mains. Qu’ils saisissent la chance et l’opportunité que vous leur offrez pour se former avec civisme »

Quant aux politiciens véreux, je les invite à s’abstenir de détruire la jeunesse, avenir de notre nation, par des instrumentalisations stériles.

– L’autre difficulté est la capacité d’accueil limité suite au déficit en auditoires et leur délabrement. Au départ, l’Université de Kinshasa avait commencé à fonctionner avec un effectif réduit réparti dans six facultés seulement. Tenez !Aujourd’hui, avec l’augmentation des facultés qui sont passées à 12 avec 71 départements, l’Université de Kinshasa ne dispose que de 132 auditoires dont 39 ont une capacité d’accueil de 100 places maximum, 29 dont la capacité est de 250 places maximum, 27 de 500 places maximum, 21 de 900 places maximum et 15 de 1000 places maximum. Ces auditoires n’offrent pas le confort qu’il faut pour la bonne formation.

– Pour les enseignants, ils butent contre l’absence d’espaces de travail ou à leur exiguïté. Le rapport nombre des enseignants et nombre des bureaux est négatif. Plusieurs enseignants manquent de bureau ; d’autres sont contraints de les partager à deux, à trois ou plus. Au total, l’Université de Kinshasa ne leur offre que 494 bureaux et 07 salles des professeurs pour un effectif de 2635 enseignants et chercheurs.

– Le Secrétariat Général a éprouvé d’énormes difficultés à la suite de la non transmission à temps des rapports par certaines facultés. Ce qui ouvre la voie à la fraude et complique le travail d’authentification des titres académiques.

– L’autre difficulté est celle liée à l’archivage des documents de suite de la carence en étagères en vue de la conservation des données en dur, de la mauvaise aération du magasin des archives déjà mal équipé. Or, les données aussi bien sur le personnel académique et scientifique, sur les étudiants et sur le fonctionnement à travers les différentes correspondances échangées nécessitent d’être bien stockées. Ces données devront dans le meilleur délai être numérisées en vue d’une part de réduire l’espace de stockage, de faciliter leur consultation par ceux qui en expriment le besoin ; et d’autre part contribuer à éradiquer le trafic de faux titres académiques.

III.    PERSPECTIVES

Distingués invités Mesdames Mesdemoiselles et Messieurs,

Avant de clore ce rapport, laissez-moi vous indiquer en quelques lignes les principales perspectives retenues. Plongée au cœur d’une société en perpétuelle remise en question, devant les différentes mutations qui l’interpellent, l’Université de Kinshasa ne peut rester indifférente. Elle est appelée à s’inscrire dans cette dynamique qui engage le monde universitaire, caractérisée par d’âpres compétitions non seulement pour la production des savoirs de haute qualité mais aussi et surtout pour répondre aux nombreux défis du développement durable et harmonieux aux niveaux planétaire, continental, ou de la nation congolaise.

Nous nous engageons en conséquence à :

– Augmenter le nombre des thèses défendues annuellement. Pour cela, et afin d’éviter les retards aux récipiendaires, des réflexions sont engagées au niveau du Secrétariat Général Académique en vue de décongestionner la gestion des jurys de thèse par le Comité de Gestion et de responsabiliser les jurys quant à ce.

– Ouvrir une nouvelle filière, celle des sciences nucléaires qui a des applications prolifiques dans les domaines : médical, agricole, etc.

– Ouvrir une filière des sciences du travail à la Faculté des Sciences sociales, administratives et politiques.

– Inviter les professeurs, qui ont oublié leurs contrats avec l’université, à renouer avec les auditoires : les étudiants ont besoin de leursexpertises, de leurs connaissances, de leurs savoir faire.

Je tiens à porter à votre aimable attention que, compte tenu des actions politiques bien marquantes de la vie de la nation congolaise qu’a posées son Excellence Joseph Kabila, Président de la République, je renouvelle les démarches du Département des Sciences Politiques et Administratives pour lui décerner le titre de Docteur honoris causa.

Pour conclure, je voudrais paraphraser notre illustre devancier panafricaniste Kodjo Marc TOVALOU HOUENOU, en disant : ” La toujours rayonnante et prestigieuse UNIKIN relève la tête entant que fille aînée de l’Enseignement Supérieur et Universitaire de notre pays, au passé édifiant et au futur prometteur. Elle peut apporter un autre son de cloche au développement, de notre système éducatif.

Chers lauréats, je vous vois tous bien parés pour ce grand jour. Sachez que dès aujourd’hui, vous êtes les ambassadeurs de l’Université de Kinshasa. Vous entrez dans la lignée des anciens et devenez des porte-étendards de notre Alma Mater. Vous avez maintenant la lourde mission de la défendre partout où vous irez. Prêchez par de bons exemples ! Je vous souhaite donc bonne chance et que les portes de l’emploi vous soient grandement ouvertes pour une vie professionnelle comblée !

Je vous remercie !

                                                                                                   LE SECRETAIRE GENERAL ACADEMIQUE

                                                                                               BANZA NSOMWE A NFUNKWA Eustache, PhD

                                                                                                                        Professeur Ordinaire

Laisser un commentaire