Discours de Politique Générale du Recteur de l’Université de Kinshasa, à l’occasion de la double Cérémonie de collation des Grades Académiques et de Clôture de l’Année Académique 2018-2019

Discours de Politique Générale du Recteur de l’Université de Kinshasa, à l’occasion de la double Cérémonie de collation des Grades Académiques et de Clôture de l’Année Académique 2018-2019

  • Honorables Députés et Sénateurs,
  • Excellence Monsieur le Ministre de l’Enseignement Supérieur et Universitaire,
  • Monsieur le Bourgmestre de la Commune de Lemba,

Lire la suite

  • Monsieur le Conseiller Principal du Chef de l’Etat, représentant du Directeur de Cabinet du Président de la République,

 

  • Monseigneur le Président du Conseil d’Administration des Universités ici représenté,
  • Messieurs les Recteurs des Universités et chers Collègues,
  • Madame et Messieurs les Membres du Comité de Gestion,
  • Madame et Messieurs les Doyens des Facultés de l’Université de Kinshasa,
  • Mesdames et Messieurs les Professeurs et chers Collègues,
  • Mesdames et Messieurs les Membres du Corps Scientifique,
  • Mesdames et Messieurs les Directeurs Chefs des Services de l’Administration Centrale et Facultaire de l’Université de Kinshasa,
  • Chers Parents,
  • Chers Lauréates et Lauréats,
  • Camarades étudiantes et étudiants,
  • Distingués invités, à vos titres et qualités respectifs.

L’Université de Kinshasa qui organise ce jour, en ce magnifique décor de l’Amphithéâtre Léon de Saint Moulin, la double cérémonie de collation des grades académiques et de clôture de l’année académique 2018-2019, se fait le grand plaisir et l’immense joie de vous saluer et de vous souhaiter, au nom des membres du Comité de Gestion et de l’ensemble des membres du personnel académique, scientifique, administratif, technique et ouvrier, la bienvenue sur cette majestueuse colline inspirée que berce le doux soleil du mois de juillet finissant.

Je saisis l’opportunité de cette cérémonie, pour remercier de façon toute particulière, vous tous présents en cet hémicycle et vous dire de vive voix, merci d’avoir répondu, en dépit de vos nombreuses occupations, à l’appel de l’Université de Kinshasa.

Votre présence qui, à coup sûr, ajoute un cachet tout particulier à la cérémonie de ce jour, est le témoignage éloquent de votre attachement à notre prestigieuse institution universitaire, la plus vieille de l’Afrique Centrale.

L’Université de Kinshasa vous en sait infiniment gré et recommande à l’Eternel des armées, les longues heures que vous passerez aujourd’hui, en notre compagnie, pour qu’Il daigne nous accorder la paix et la sécurité dont nous avons besoin tout au long du déroulement de cette double cérémonie.

Je ne saurais passer sous silence l’obligation de demander à vous tous qui œuvrez, de près ou de loin, dans la haute sphère politique et/ou administrative de notre pays, d’être les interprètes fidèles de la communauté de l’Université de Kinshasa, auprès de Son Excellence Monsieur le Président Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo, Chef de l’Etat, en vue de lui faire parvenir l’écho de nos vifs remerciements pour l’intérêt certain qu’il manifeste à l’endroit de notre Alma mater, depuis son avènement à la magistrature suprême de notre pays.

Nous saluons et félicitons le Gouvernement de la République qui, mettant à profit le bénéfice de la passation pacifique et apaisée du pouvoir qu’a connue notre pays, continue d’inscrire en priorité, les problèmes de l’éducation et de l’instruction de la jeunesse congolaise.

C’est ici, pour nous, l’occasion de remercier Son Excellence Monsieur Marcel Ilunga Leu, Ministre intérimaire de l’Enseignement Supérieur et Universitaire qui, à l’instar de ses prédécesseurs, recommande fermement à tous les Comités de Gestion des établissements de l’Enseignement Supérieur et Universitaire, d’appliquer et faire respecter scrupuleusement les textes légaux et réglementaires du Statut de l’ESU.

  • Distingués invités,
  • Camarades étudiantes et étudiants,
  • Chers parents,

Mon propos de ce jour, va s’articuler autour des huit points ci-après ; pour lesquels je sollicite votre aimable attention :

  • la gestion et le fonctionnement ;
  • les réalisations ;
  • l’enseignement ;
  • la relève académique ;
  • la recherche ;
  • la coopération et les relations internationales ;
  • les étudiants et enfin ;
  • les perspectives d’avenir.
  1. DE LA GESTION DE L’UNIVERSITÉ DE KINSHASA

Pour réussir, comme par le passé, la gestion de l’année académique 2018-2019, nous avons dû :

  • Compter sur toute la Communauté universitaire ;
  • Gérer de manière collégiale et ce, dans le respect strict de la réglementation des textes gérant les institutions de l’Enseignement Supérieur et Universitaire, particulièrement l’Instruction académique n°020 relative aux directives de la rentrée académique 2018-2019 ;
  • Tenir régulièrement les réunions ordinaires et extraordinaires (restreintes et élargies) du Comité de Gestion ;
  • Faire régner la paix et la sécurité sur le Site, d’une manière générale malgré quelques moments de tumultes que nous avons enregistrés au début de l’année académique, suite à l’organisation des élections dans notre pays.

Tout n’a pas été que rose à l’Université de Kinshasa. C’est ici, pour moi, l’occasion d’évoquer la mémoire de tous ces éminents Collègues Professeurs, Chefs de Travaux, Assistants et Cadres administratifs qui sont rentrés à la Maison du Père Eternel, au cours de cette année académique que nous clôturons ce jour.

Il m’est impossible, à cause de leur grand nombre, de les citer nommément. Toutefois, l’hommage reconnaissant de l’Université leur a été rendu lors de leurs funérailles.

Aussi, vous inviterai-je à vous lever un instant, pour nous recueillir, en union avec les parents et amis de tous nos chers disparus.

Pour votre intelligence et sans toutefois abuser de votre temps si précieux, me dois-je de vous rappeler que l’Université de Kinshasa a eu à enterrer, au courant de l’année académique 2018-2019 :

  • 11 professeurs Ordinaires ;
  • 2 professeurs Associés ;
  • 10 Chefs de Travaux ;
  • 1 Assistant ;
  • 6 Directeurs Chefs de Services ;
  • 5 Directeurs ;
  • 7 Chefs de Division ;
  • 7 Chefs de Bureau et,
  • 16 Agents de collaboration et d’exécution. Soit au total, l’Université de Kinshasa a déploré la disparition de 60 membres de son personnel.
  1. DES REALISATIONS

C’est avec plaisir que je me permets de vous affirmer qu’au cours de l’exercice académique 2018-2019, notre Comité de Gestion a réussi quelques réalisations dont voici les plus importantes :

  • L’effectivité du protocole d’Accord entre l’Université de Kinshasa et l’ARES (Académie pour la Recherche à l’Enseignement Supérieur) et de la Belgique pour la période allant de 2018 à 2020.
  • L’opérationnalisation du Projet d’Education pour la Qualité et la Pertinence des Enseignements aux Niveaux Secondaire et Universitaire (PEQPESU, en sigle) de quatre de nos facultés (Polytechnique, Sciences, Sciences Agronomiques et Sciences Pharmaceutiques), signé avec le Gouvernement de la République et la Banque Mondiale.
  • La continuité du Projet Crédit Véhicules UNIKIN-BCDC-CFAO-Professeurs UNIKIN avec une satisfaction de service des heureux bénéficiaires.
  • La permanence de la propreté et de l’assainissement du Site, tant bien que mal, par l’ONG KBM Services et l’engagement de toute la Communauté Universitaire pour maintenir notre environnement toujours propre.
  • La sensibilisation des étudiants au respect des textes et de leur apolitisation.
  • L’insertion du problème de réhabilitation des infrastructures de l’Université de Kinshasa et de rétablissement de l’eau potable, dans le programme d’urgence des 100 jours de Son Excellence Monsieur le Président de la République Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo, qui a bien compris que si l’Université, dont l’une de ses trois missions est le service à la nation, se porte bien, la communauté se portera davantage mieux et notre peuple pourra allègrement scander le slogan : ‘‘Le peuple d’abord’’.

Il n’a donc pas tardé à matérialiser sa promesse et j’ai ainsi le plaisir de vous annoncer que sous le financement du Fonds pour la Promotion de l’Industrie (FPI, en sigle), les dix puits de forage programmés pour la deuxième phase d’eau potable à l’Université de Kinshasa, sont déjà terminés et que d’ici quelque temps, l’eau devra, comme du temps de Lovanium, jaillir continuellement sur tout notre site, y compris les Cliniques Universitaires de Kinshasa, le Centre Neuro Psycho Pathologique, le Centre Hospitalier du Mont-Amba, l’Ecole de Santé Publique, l’Institut Technique Médical et le Groupe Scolaire du Mont-Amba.

  • La paie des 4 mois de la Prime de Partenariat, gérée en bon père de famille, selon la circulaire 020/2018-2019 a été exécutée à 100 %, pour ce qui est des recettes réalisées à l’Université, et payée au taux de 1.620 FC alors que les frais d’études ont été perçus au taux de 920 FC pour 1 dollar, ceci, dans le seul but de sauvegarder la paix et la sérénité des membres de la communauté universitaire.
  1. DES ENSEIGNEMENTS ET DES MISSIONS DE L’UNIVERSITE

Je vous rappelle que l’Arrêté Ministériel n°182/2015 du 29 décembre 2015 désignant et nommant les membres du Comité de Gestion de l’Université de Kinshasa a confié à ces derniers la double et délicate mission de :

  • faire rayonner comme par le passé, l’Université de Kinshasa, haut lieu d’excellence et du savoir, pour servir de modèle dans toute la République ;
  • redynamiser cette grande pépinière d’élites longtemps restée sans progrès.

Donc, nous avons été placés à sa tête, comme le dit l’Arrêté précité, pour la développer et en garantir l’assurance-qualité, la bonne gouvernance et l’excellence. Nous avons cet impérieux devoir de mener à bon port les destinées de l’Université de Kinshasa en l’aidant à accomplir sa triple mission d’enseignement, de recherche et de service à la société.

Je vous ai toujours dit qu’il n’est pas facile de gérer l’Université de Kinshasa, qui est considérée comme le milieu le plus sensible de tous les établissements d’Enseignement Supérieur et Universitaire de notre pays.

Vous n’ignorez pas que l’année académique 2018-2019, que nous avons le bonheur de clôturer ce jour, a connu un début quelque peu tumultueux qui a failli perturber le déroulement normal du calendrier académique, suite à l’organisation des échéances électorales dans notre pays. Mais l’Eternel des Armées, Maître des temps et des circonstances, nous a fait grâce : Il a calmé cette tempête et nous a permis de pouvoir accoster en douceur aujourd’hui. C’est ainsi que nous assistons à une accalmie réelle sur notre site universitaire.

En effet, le Comité de Gestion a placé les étudiants au centre de l’Université pour assurer leur propre sécurité, par une politique de collaboration, de sensibilisation et de conscientisation.

Le message du Comité de Gestion a toujours été clair et net : « l’Université est apolitique, les parents vous ont envoyés à l’Université pour étudier, ne vous laissez donc pas manipuler par des politiciens inciviques et mal intentionnés ».

  1. DE LA RELEVE ACADEMIQUE

La relève académique est un problème crucial dans les Etablissements de l’ESU en général et à l’Université de Kinshasa en particulier.

L’UNIKIN, avec ses 28.676 étudiants inscrits en ce jour pour cette année académique, a moins d’un millier des professeurs qualifiés. Alors qu’avec les normes de l’UNESCO, le taux d’encadrement se situe entre 10 et 20 étudiants par professeur.

Je saisis cette opportunité pour rendre un vibrant hommage à ces professeurs, qui malgré leurs charges excessives, font preuve d’un dépassement de soi, pour accomplir avec beaucoup de bonne volonté la mission qui leur est dévolue.

L’UNIKIN devrait ainsi avoir au moins 2.500 professeurs pour pallier à ce manquement. Ce qui implique que la relève académique constitue encore un problème majeur pour lequel notre Université s’efforce de trouver des solutions. Des moyens sont nécessaires pour assurer la formation du personnel scientifique et l’accompagner dans les recherches doctorales.

Je me sens ainsi dans l’obligation d’encourager tous les efforts contribuant à la politique de financement des études doctorales pouvant conduire à la formation de nouveaux docteurs à thèses, censés assurer cette relève académique.

Ceux qui arrivent à terminer leurs études doctorales, le font par leurs propres moyens, avec beaucoup de privations dans leurs familles et souvent à un âge très avancé, et quelque fois grâce à la coopération interuniversitaire avec les Universités étrangères.

Nous en appelons, à cet effet, au Gouvernement de la République de soutenir l’Université de Kinshasa dans son rôle de formateur des formateurs donc des docteurs à thèse et accorder des moyens substantiels à son personnel scientifique.

L’Université de Kinshasa, avec son potentiel académique qualifié et multidisciplinaire est capable de produire en moyenne 50 à 60 thèses de doctorat par année académique. Pour votre information, au cours de cette année académique 2018-2019, 44 thèses de doctorat ont été défendues.

Si avec des efforts personnels, notre personnel scientifique s’en sort tant soit peu ; avec l’appui et l’aide du Gouvernement, ainsi que de la coopération, il sera capable de faire des exploits. Le Gouvernement congolais doit s’appuyer sur les recherches faites dans ses Universités pour prétendre à un Congo émergent.

  1. DE LA RECHERCHE

La recherche est la deuxième mission de l’Université. L’Université de Kinshasa est appelée à promouvoir et à encourager la recherche scientifique à travers des recherches qui aboutissent à la production et à l’évolution des connaissances et du savoir. D’où l’on qualifie l’Université d’un haut lieu de réflexion et d’excellence, capable de produire, non seulement des spécialistes dans des domaines divers, mais aussi de former une élite intellectuelle capable d’anticiper les événements de sa société par la réflexion à des stratégies susceptibles de proposer des solutions concrètes à des problèmes précis.

L’Université doit être, en principe, la lampe qui doit éclairer l’Etat, la Nation et la société congolaise dans sa longue marche vers l’émergence. Pour cela, l’Université doit établir un pont entre elle et le Gouvernement, et entre elle et les entreprises installées au pays pour offrir son expertise, résoudre les problèmes qui se posent et orienter les grands axes de développement en général et de développement économique, en particulier.

L’Université de Kinshasa, par son importance et sa place dans l’espace universitaire national, doit être le modèle, cet exemple d’où partirait l’impulsion de la recherche aussi bien pour le pays, les pays limitrophes que pour la sous-région.

Les travaux des recherches réalisées à partir des travaux des étudiants pour le diplôme de fin de cycle ou de fin d’études, le diplôme d’études supérieures ou le diplôme d’études approfondies et de doctorat doivent être exploités, publiés et mis à la disposition des décideurs politiques, économiques et sociaux pour résoudre de nombreux problèmes qui se posent à notre pays, parce qu’il est vrai qu’il n’y a pas de développement sans recherche et celle-ci est un pari osé pour l’émergence. La RD-Congo, notre pays, ne peut, en aucun cas, prétendre à un quelconque développement sans la recherche. Il est grand temps que les décideurs s’y penchent sans réserve.

Pour le Comité de Gestion, l’Université de Kinshasa doit devenir un centre d’excellence dans les études relatives notamment aux neuf pays limitrophes. C’est ainsi que nous créerons des observatoires de chacun de ces pays afin de permettre aux acteurs politiques, économiques et sociaux de disposer des analyses de leurs politiques.

Nous devons signaler que les Facultés ont la possibilité de s’adresser au Groupe de Pilotage de l’Académie de Recherches de l’Enseignement Supérieur de l’Université de Kinshasa pour publier leurs Annales Facultaires.

  1. DE LA COOPERATION ET DES RELATIONS INTERNATIONALES

L’Université de Kinshasa a entrepris de relancer la Coopération interuniversitaire avec différents partenaires tant au niveau national qu’international. Des contacts ont été pris avec différentes délégations universitaires d’Afrique, d’Europe, d’Asie et d’Amérique aussi bien à l’Université de Kinshasa que dans certains pays étrangers. Une quinzaine de nouvelles conventions et protocoles d’Accord ont été signés pour redynamiser cette coopération. Des organisations internationales, telle que la Banque Mondiale, ont déjà accompagné l’UNIKIN dans l’opérationnalisation du grand projet PEQPESU pour 4 facultés, comme dit ci-haut.

Le plus important appui qui est opérationnel, est celui obtenu de la Coopération belge, précisément de l’Académie de Recherche de l’Enseignement Supérieur (ARES), qui a accordé un important crédit à l’Université de Kinshasa pour un appui institutionnel de 3 ans de 2018 à 2020. Cet appui, qui est investi dans la recherche, consacre une part importante à la relève académique pour la formation de 12 docteurs à thèses, d’ici 2020. L’autre partie permettra la réalisation des études interdisciplinaires en réseaux de chercheurs avec des partenaires du Nord. De nombreux projets en réseaux internationaux de chercheurs sont en vue grâce à des financements des divers partenaires. Ce qui permettra à l’UNIKIN de jouer son rôle de participer à l’avancement du savoir dans différents domaines.

Ainsi, les perspectives de développement de l’Université de Kinshasa s’annoncent rassurantes, et la Coopération, qui constitue l’un des piliers de financement de la recherche, sera davantage exploitée. Cette vision et stratégie exigent cependant de petits financements internes pour une meilleure réalisation.

Pour clore ce volet, je me limiterai à vous rappeler qu’au cours de l’exercice académique 2018-2019, l’Université de Kinshasa a eu à conclure et à signer plusieurs Conventions, Projets et Accords de coopération avec d’autres universités du monde. A titre d’exemples :

  • Convention d’Accueil entre l’Université Paul-Valéry Montpellier 3 et l’Université de Kinshasa ;
  • Convention entre l’Université de Bucarest-Roumanie et l’Université de Kinshasa ;
  • Convention de cotutelle de thèse entre l’Université de Kinshasa et l’Université de Liège ;
  • Convention de cotutelle internationale de thèse entre l’Université Paul-Valéry Montpellier 3 et l’Université de Kinshasa (en faveur de Mme Nadège Taty Makuntima) ;
  • Protocole de recherche qualitative « Institute of Tropical Medecine ANTWERP » ;
  • Projet PYRAPREG entre l’Université des Sciences Techniques et des Technologies de Bamako (République du Mali) et la Faculté de Médecine, de Pharmacie et d’Odontologie/Université de Kinshasa (R.D-Congo) ;
  • Plusieurs coopérations avec

Je vous avoue enfin que cette liste n’est pas exhaustive.

  1. DES ETUDIANTS
  • Des anciens.

Permettez-moi de m’adresser, en ce moment aux étudiants finalistes, lauréats du jour, qui sont notre raison d’être de ce jour et en ce lieu. Je vous félicite et je vous encourage à vous intégrer dans le monde du travail avec beaucoup d’optimisme et d’initiatives personnelles.

C’est maintenant que commence pour vous la vraie université. C’est maintenant l’occasion de mettre en pratique ce que vous avez appris pendant votre séjour passé sur cette colline inspirée.

Ainsi, je vous invite à être compétitifs. Vous devez vous comporter, partout où vous serez en des véritables ambassadeurs pour défendre l’honneur, la grandeur et la réputation de l’Université de Kinshasa. Soyez compétents et devenez des créateurs et non seulement des quémandeurs d’emploi. Je vous exhorte à ce que, où que vous alliez, n’oubliez jamais votre Alma Mater qui ne se lassera jamais de vous accueillir chaque fois que vous sentirez le besoin d’y venir vous ressourcer. Mes vives félicitations s’adressent également à vos parents qui, malgré la conjoncture difficile de l’heure, ont consenti d’énormes privations tout au long de votre cursus académique pour le paiement des frais d’études. L’Université de Kinshasa leur en sait infiniment gré.

J’attire, dès cet instant, l’attention de toute la communauté universitaire et particulièrement des étudiants finalistes ajournés qu’il n’y aura pas de cérémonie de collation des grades académiques après le 31 juillet 2019. Conformément à la note circulaire du Ministre de l’Enseignement Supérieur et Universitaire. Aux étudiants des autres promotions qui ont réussi en première session, je vous encourage à plus d’ardeur et de détermination à poursuivre vos études. Je vous félicite et vous souhaite de bonnes vacances.

Quant aux étudiants ajournés, vous avez perdu une bataille et non la guerre. Reprenez courage et travaillez calmement, avec beaucoup de sérénité et d’effort, pour réussir en deuxième session. Bonne chance à vous!

  • Des nouveaux

Je porte à la connaissance du Public que les inscriptions pour l’année académique 2019-2020 ont débuté depuis le 15 juillet 2019 et vont se clôturer avant la rentrée académique d’octobre 2019. De même, le Service de Pédagogie Universitaire de l’Université de Kinshasa va être redynamisé en vue de favoriser, entre autres, l’adaptation et l’intégration de nouveaux étudiants en milieu universitaire.

  1. PERSPECTIVES D’AVENIR

Sous notre mandat, l’Université entend se maintenir dans la ligne d’excellence tracée par ses fondateurs. Elle s’engage à offrir un enseignement et une formation de qualité guidés par la créativité, l’innovation et l’excellence, et un havre de paix sur le Site universitaire.

Pour réaliser cette mission, nous allons faire de l’étudiant le centre de toutes les activités de formation, de recherche, et de développement de la communauté. C’est ainsi que nous nous efforcerons à promouvoir, notamment les valeurs d’enseignement de qualité, de compétence personnelle, d’excellence en recherche, de renouvellement des ressources professorales, de transparence, de développement, d’équité et d’ouverture sur le monde.

Toutefois, un effort doit être engagé en vue d’améliorer les conditions de logement des étudiants habitant le Site universitaire.

Dans le domaine de la Coopération, un plan stratégique de l’internalisation de l’Université de Kinshasa sera achevé, en prenant en compte les principes directeurs ci-après :

  • Actualiser le plan stratégique de développement de l’Université de Kinshasa.
  • Obtenir l’actualisation des enseignements au sein de notre Alma mater.
  • Promouvoir la culture de la confidentialité.
  • Encourager chaque Faculté à mettre au point son Plan stratégique triennal.
  • Faciliter nos chercheurs et étudiants à l’accès aux bibliothèques virtuelles.
  • Doter les Facultés des nouvelles techniques d’information et de communication.
  • Identifier au niveau des curricula les besoins en formation répondant aux besoins de notre population.
  • Construire un environnement numérique efficace à l’Université de Kinshasa.
  • Renforcer la mobilité nationale et internationale, notamment dans les domaines de la recherche et de l’enseignement.
  • Renforcer la coopération internationale entre notre université et les universités étrangères.
  • Faire participer les parties prenantes dans les activités de la coopération, notamment les Autorités académiques, les Facultés et les Services de l’Université.
  • Elargir la structure actuelle de gestion de la coopération en impliquant davantage les délégués des Facultés et des Services de l’Université.

Il sied de noter que le Site Web de l’Université de Kinshasa est déjà en ligne à travers le réseau Back-Bone. Ainsi donc, tous les efforts, qui constitueront un plus pour la communauté, devraient être mis sur la place publique, via le nouveau Site Web, de manière à rendre notre Université visible et ce, de façon permanente.

Le Comité de Gestion entend poursuivre ses efforts pour l’assainissement, l’électrification, la réhabilitation de la voirie, etc.

Pour atteindre tous ces objectifs, le Recteur et les Membres du Comité de Gestion ont besoin de votre soutien.

C’est ainsi que, nous décidons de nous appuyer sur trois piliers majeurs, à savoir :

  • Le Gouvernement : pouvoir organisateur de notre système d’Enseignement du Supérieur et pourvoyeur des moyens nécessaires pour la survie de l’enseignement Supérieur et Universitaire,
  • La coopération interuniversitaire pour la visibilité et l’épanouissement de notre institution par les échanges d’expériences, d’enseignement et de recherche à travers la mobilité du personnel enseignant, chercheurs, administratifs et étudiants, et enfin,
  • Les anciens, à l’instar d’autres universités du monde, qui peuvent venir en aide à leur Université.

Distingués invités, à vos titres et qualités respectifs,

Je vous remercie une fois de plus d’avoir répondu à notre invitation de participer à cette double cérémonie de collation des grades académiques et de clôture de l’année académique 2018-2019.

Mes sincères félicitations aux lauréates et lauréats 2018-2019.

Que le Dieu Tout-Puissant donne la paix à la République Démocratique du Congo, Notre Cher, Beau et Grand pays !

Qu’il bénisse l’Université de Kinshasa, notre Alma Mater !

Ba lauréates na ba lauréats, BOWUMELA ! Ba professeurs, BOWUMELA !

Biso nionso, TO WUMELA !

Je vous remercie.

Fait à Kinshasa, le 31 juillet 2019.

                                                                                                                                         LE  RECTEUR

Daniel NGOMA-YA-NZUZI

Professeur Ordinaire

Laisser un commentaire