SOUTENANCE PUBLIQUE D’UNE THESE DE DOCTORAT

à l’Unikin le jeudi 13 avril 2017 à 10h00’

L’Université de Kinshasa a organisé, le jeudi 13 avril 2017 à 10h00’ dans la salle des promotions Mgr Luc GILLON, une séance académique de soutenance publique d’une thèse de doctorat en Sciences de gestion par le C.T. Innocent YERE APOBE du Département de Gestion de la Faculté des Sciences Economiques et de Gestion de l’université de Kinshasa.

Intitulé de la thèse : « Pérennité des institutions de micro-finance en République Démocratique du Congo : Une application de l’approche du trinôme garant de la performance ».

Promoteur de la thèse : M. le Pr Prosper KIBUEY MULAMBU. Co-promoteur : M. le Pr Odilon GAMELA NGINDU, tous deux de l’Unikin.

Le jury composé de cinq membres effectifs et de deux membres suppléants a été présidé par M. le Pr Adolphe ILASHI UNSHENGWO.

La séance académique a été présidée par M. le Secrétaire Général Académique, le Pr Célestin MUSAO KALOMBO MBUYU, agissant au nom du Recteur en mission à l’extérieur du pays.

A l’issue de la défense et de la délibération à huis clos, le C.T. Innocent YERE APOBE a été proclamé Docteur en Sciences de Gestion avec la mention Grande Distinction.

Résumé de la thèse :

Fait à Kinshasa, le 13/04/2017

Le DIRCOM/UNIKIN

Mathieu IYEMPILA MONKAVA

 

SOUTENANCE PUBLIQUE D’UNE THESE

abb

de Doctorat en Sciences par le C.T. Urbain MBENGA MPIEM-LEY à l’Unikin le 15 avril 2017

L’Université de Kinshasa a organisé, le samedi 15 avril 2017 à 10h00’ dans la salle des promotions Mgr Luc GILLON, une séance académique de soutenance publique d’une thèse de doctorat en Sciences par le C.T. Urbain MBENGA MPIEM-LEY du Département de Géosciences de la Faculté des Sciences de l’Université de Kinshasa.

Intitulé de la thèse : « Etude géographique de la diffusion et la territorialisation d’un fait. Cas de la Communauté du Christ en République Démocratique du Congo ».

Promoteur de la thèse : M. le Pr Cherry-Ernest MABOLOKO NGULANGAMBU de l’UPN. Co-promoteur. M. e Pr René MPUKU MAZEMBE de l’Unikin.

Le jury composé de sept membres a été présidé par M. le Pr Médard NTOMBI Muen KABEYA de l’Unikin.

La séance académique a été présidée par M. le Secrétaire Académique, le Pr Célestin MUSAO KALOMBO MBUYU, agissant au nom du Recteur en mission en dehors du pays.

Après la soutenance et la délibération à huis clos, le C.T. Urbain MBENGA MPIEM-LEY a été proclamé Docteur en Sciences avec la mention Grande Distinction.

 ss

Résumé de la thèse :

L’étudedu processus de diffusion est devenue multidisciplinaire. Mais la spécificité de la géographie vient du fait que la diffusion doit aboutir à la territorialisation, c’est-à-dire à la production des espaces. La présente recherche qui relève de la géographie sociale, porte sur un fait  religieux, en l’occurrence  la Communauté du Christ, une église d’origine américaine répandue à travers le monde y compris en la République Démocratique du Congo.

Si le problème de croyance échappe à l’observation des chercheurs, ces derniers peuvent s’intéresser aux manifestations extérieures de la foi qui sont observables, quantifiables et cartographiables. Ces manifestations extérieures constituent donc des faits religieux qui peuvent être étudiés à partir, soit des pratiquants comme groupe social, soit des lieux de la pratique religieuse en tant que marqueurs d’un espace religieux.

Les préoccupations de départ reposaient sur l’absence d’un support cartographique pouvant spatialiser la CDC tant au niveau mondial que national, la mise en exergue des phénomènes des disparités et de discontinuité spatiales. Dès lors a surgi la question générale suivante : quelmodèle de diffusion pour quel type de territorialisation dans ce qui est devenu son espace missionnaire en RDC? Les progrès de la recherche ont fait éclater cette question générale en trois questions spécifiques sous-tendues par des hypothèses y afférentes.

La vérification des hypothèses de recherche a bénéficié d’une approche méthodologique multidisciplinaire (approches géographiques, sociologiques et missiographiques) faisant appel à une diversité des techniques et méthodes.

Devant la complexité et la diversité des modèles de diffusion, la recherche a privilégié le modèle conceptuel et holistique, d’essence constructiviste, dont la réalisation requiert l’exploitation des données multi-scalaires.

L’exploitation des données montre que le processus de diffusion et de territorialisation de la CDC s’est fait selon la hiérarchie des lieux mais avec deux modes de cheminement différents : un cheminement en avalanche au Katanga mettant les différents centres urbains et ruraux en interconnexion alors qu’à partir de Kinshasa c’est le cheminement linéaire qui a caractérisé ce processus. Une configuration surfacique, discontinue et méridionale,  épousant grossièrement le 5èmeparallèle Sud allant de la rive Ouest de la Luapula jusqu’à la côte atlantique avec des ramifications au Congo (Brazzaville) et en Angola (Cabinda) limite l’expansion spatiale de la CDC sur l’espace national. Ce phénomène de confinement est aussi observé sur l’espace métropolitain de Kinshasa.

                      L’espace communautaire étudié est aussi caractérisé par des disparités tant régionales(où le Katanga concentre plus de 60 % des congrégations) qu’intra régionales, des disparités sur le plan architectural et sur le dynamisme des églises locales.En outre, grâce à l’analyse en composantes principales, les corrélations ont été établies entre la localisation et la viabilité des lieux de prière des différentes congrégations.Ces disparités spatiales ont mis en exergue l’émergence d’une région « culturelle » dans la vallée de la Luapula entre le Congo et la Zambie.  L’existence de ces disparités est la résultante de la synergie entre les facteurs structurels liés à la fois à l’histoire et à la géographie.

L’application de la méthode SWOT a permis d’identifier les contraintes à surmonter afin d’exploiter les opportunités d’expansion et de régionalisation de l’espace communautaire polarisé autour de Kinshasa et de Lubumbashi avec un foyer émergent autour de la ville de Kananga.

Face à la rareté des recherches géographiques relatives aux faits religieux dans le monde en général, et en Afrique Centrale en particulier, la présente recherche constitue une contribution irréfutablesur l’insertion des faits religieux  dans les espaces métropolitains ou régionaux en tenant compte des axes structurants de transport tels que définis dans le  plan national d’aménagement du territoire.

rr

Fait à Kinshasa, le 15/04/2017

Le DIRCOM/UNIKIN

Mathieu IYEMPILA MONKAVA